0
+

Les artistes

Hassan Mussa

Né au Soudan en 1951, il réside en France à Nîmes. Hassan Musa est un créateur d’images avec une multitude de références comme la calligraphie arabe, la peinture européenne et les aquarelles d’Asie. En parallèle de ses expositions personnelles, il participe aux manifestations artistiques de prestige telles que la biennale de Venise ou Africa Remix. La peinture de Musa utilise des textiles imprimés comme toile. Il associe les icônes classiques occidentales et les confronte à celles d’aujourd’hui ; Che Guevara et Vincent van Gogh ou Oussama Ben Laden et Joséphine Baker. Sa critique de l’art, de la politique et la culture occidentale sert une logique de transmission : Musa redonne les images du monde au monde. " Les images sont telles un souffle, on l’inspire en nous avant de le renvoyer. Nous transmettons les choses par la violence car c’est de cette façon que nous les avons reçues. Mes images sont ma ligne de défense, c’est un mécanisme de survie. "

www.hassanmusa.com

Stew

Stew est un artiste des temps modernes, un street artiste. Il peint à la bombe, utilise le pochoir, le tampon et le collage au service de son art. Comme beaucoup, il commence par le tag en vandale : un trait unique pour une signature efficace, rapide, afin d’échapper à la surveillance des forces de l’ordre. Puis il découvre les friches industrielles et les terrains de graffiti où il exerce son poignet à la bombe, affine son trait et s’amuse avec les lettres. Son style asiatique est son identité qu’il puise aussi bien dans des vacances passées dans le salon de sa Grand-Mère aux parfums de Chine que dans l’évasion des lectures de mangas japonais.

Arnaud Baumann

Arnaud Baumann est né à la Réunion en 1953. Formé aux Beaux-Arts de Paris, Arnaud Baumann est un portraitiste, réalisateur d’images. Sa rencontre avec l’équipe de Hara Kiri en 1975 lui offre sa première parution dans la presse. Prix de la Fondation nationale de la photo en 1979, il aborde le numérique en 1992 avec ses «Vidéocaptures » (Festival de Cannes, couvert avec une caméra pour Libération). Diffusé par l’agence Sipa Press, son travail est publié dans la presse internationale et exposé en galeries ou lors de festivals (Agathe Gaillard, Galerie W, Visa pour l’image, Paris photo…). Il est l’auteur de plusieurs livres : « Carnet d’adresses », « L’Age du siècle », « Projections privées », « Eau secours ».

Pascal Bernier

L'artiste contemporain Pascal Bernier naît en 1960 à Bruxelles. Son œuvre tient à la fois de la nature morte et de la vanité, de la taxidermie et de l'art mortuaire. L'artiste nous montre la société industrialisée occupée à absorber la nature pour la faire sienne, afin qu’elle réponde à des besoins de production et de rentabilité, et ce au risque de la malmener. Pansés, bandés, empaillés ou écorchés, l'artiste met en situation des animaux par le biais de photographies, d’installations, de sculptures et de vidéos. L’art et la mort sont intimement liés dans la démarche de l’artiste. À la fois inquiétant et ludique, le travail de Bernier propose un questionnement autour de la nature humaine. Il nous invite à découvrir un univers où la nature est revisitée par l’Homme et son monde.

www.pascalbernier.com

Stella Sujin

Née à Séoul en 1983, vit et travaille à Paris. Artiste inspirée par le spiritualisme recherchant la relation entre le corps et l’âme, Stella Sujin met en question le corps « soma », les vaisseaux contenant l’esprit, en explorant la façon dont cette connexion se brise et se répare. A travers ses crânes mélangées des représentations de l’iconographie chrétienne, série intitulée « memento mori (rappelle-toi que tu vas mourir) » à l’ornement doré, l’accent est mis sur l’aspect circulaire de la naissance et la mort.

Martial Lorcet

Né en 1959, Martial Lorcet débute en 1980 comme assistant photographe et travaille avec des artistes tels que Philippe Quidor ou Jean-François Jonvelle. Après un bref passage en agence de publicité, il devient photographe indépendant. Les photographies pour des magazines de mode et la publicité constituent l’essentiel de son activité jusqu’en 1999 où il éprouve le besoin de réaliser des travaux plus personnels. Il se consacre à des projets plus exigeants en temps : le reportage sur Autre Monde, création du chorégraphe Bernard Glandier, ou l’exposition Prison Sainte-Anne ex-voto à Avignon. Il finit par se concentrer exclusivement sur son travail artistique, très axé sur la mémoire, avec notamment la réalisation pour l’INA d’une série de portraits dans le cadre de la captation de témoignages sur la Shoah. Il expose également dans différentes galeries en France et à l’étranger, fait paraître plusieurs livres tel qu’Autre monde.

martiallorcet.ultra-book.com

Sebastien Lecca

Sébastien Lecca est né en 1972 à Lima au Pérou et est arrivé à l’âge de 5 ans en Haute-Savoie, à Thonon-les-Bains. D’un père péruvien et d’une mère française, il est assistant social de formation, avec un passage en 2008 dans une agence de publicité comme chef de projet. Artiste autodidacte, il expose ses peintures depuis 1991 et développe d’autres supports d’expression : installations plastiques urbaines, sculptures, vidéos, street-art, bijoux et vêtements... En 2010, il créé le projet Super Fœtus basé sur la répétition pluridisciplinaire du symbole du fœtus. Les thèmes abordés par son travail polymorphe sont toujours de grandes questions humanistes, métaphysiques et sociales : Qui sommes nous ? Quelle est notre relation à l’amour, la peur, le sexe, la vie, la mort, la nature, l’animal, l’univers…?

www.lecca.net

Carré

□□□□□□□□□□□□□ □□□□□□ □□□□□□□ □□□□□ □□□□□□□ □□□□□□ □□□□□ □□□□ □□□□□□□□ □□□□□□□□ □□□□□ □□□□□ □□□□□ □□□□□ □□□□□□□ □□□□□□□□ □□□□□ □□□□□□□□□ □□□□ □□□□ □□□□□□□ □□□□□□ □□□□ 1986 □□□□□□□ □□□□□ □□□ □□□ □□□□□□□ □□□ □□□□□ □□□□□□□ □□□□ □□□□□□ □□□□□□□□□□□ □□□□□□□□□ □□□□□□□□□□□□□□□ □□□□□□□□ □□□□□□□ □□□ □□□□ □□□□□□□ □□□□□□□□□ □□□□□□□.

Def

Né le 27 novembre en France. Artiste plasticien, c’est à travers la mise en espace, en particulier pour la scène, qu’Olivier Defrocourt a construit son univers. Scénographe, comédien, il a participé à la création de spectacles sur des textes classiques et contemporains. Artiste pluridisciplinaire, il a également contribué à la réalisation de spectacles de théâtre, de danse, de courts métrages, de décors, de masques, d’affiches et de marionnettes.C’est dans une simplicité esthétique, brute et intime, que ses peintures vous emmènent. Ses œuvres reflètent une mouvance perpétuel.

Claire Courdavault

Claire Courdavault est née en 1986. Son travail a commencé par le format ténu d’une feuille de papier et a prit de l’ampleur par l’investissement de murs. Son monde intérieur s’affiche sur les parois de la ville, construit sur la juxtapositions de détails, l’enchevêtrement d’histoires, et l’appel du sacré. Sorti d’une étrange et intérieure gestation, son dessin crée d’autres mondes fantasmagoriques avec pour préoccupation centrale l’image de la Femme.

www.clairecourdavault.ultra-book.com

Djalooz

Plasticien et street artist, Djalooz est né en 1985. Parallèlement à l’obtention de son diplôme de dessinateur maquettiste, il débute le graffiti en 2003, inspiré directement par la scène montante du graffiti hexagonal et européen, mais aussi par le monde de la bande dessinée. La bombe aérosol est son outil de prédilection car il est le médium idéal pour la peinture en grand format et surtout lui laisse une grande liberté quant au choix des supports. Les lieux abandonnés, usés par le temps, les friches et usines laissées aux mains de la nature lui ouvrent de nouvelles perspectives. En 2009, il met de côté son travail figuratif pour développer un travail plus abstrait, par le biais de formes en volume circulant.

ARCO

Clément Descat dit Arco est Né en 1977 en France. Scénariste et acteur du film »Ma 6T va cracker » réalisé par Jean François Richet, sorti en 1997 et interdit en en salle a peine deux semaines après sa sortit. Il commence son épopée artistique par des tags sur les véhicules des forces de l’ordre. Vandale, il passe au voie ferroviaire puis sur des bâtiments en démolition. Bloqué dans les années 90, il n’a à ce jour ni site internet, ni profil Facebook, ni smartphone. Ce "style oldschool" qu’il retranscrit autant dans les terrains vagues que sur toiles nous renvoi dans l’âge d'or du Graffiti.

Les artistes

Hassan Mussa

Né au Soudan en 1951, il réside en France à Nîmes. Hassan Musa est un créateur d’images avec une multitude de références comme la calligraphie arabe, la peinture européenne et les aquarelles d’Asie. En parallèle de ses expositions personnelles, il participe aux manifestations artistiques de prestige telles que la biennale de Venise ou Africa Remix. La peinture de Musa utilise des textiles imprimés comme toile. Il associe les icônes classiques occidentales et les confronte à celles d’aujourd’hui ; Che Guevara et Vincent van Gogh ou Oussama Ben Laden et Joséphine Baker. Sa critique de l’art, de la politique et la culture occidentale sert une logique de transmission : Musa redonne les images du monde au monde. " Les images sont telles un souffle, on l’inspire en nous avant de le renvoyer. Nous transmettons les choses par la violence car c’est de cette façon que nous les avons reçues. Mes images sont ma ligne de défense, c’est un mécanisme de survie. "

www.hassanmusa.com

Stew

Stew est un artiste des temps modernes, un street artiste. Il peint à la bombe, utilise le pochoir, le tampon et le collage au service de son art. Comme beaucoup, il commence par le tag en vandale : un trait unique pour une signature efficace, rapide, afin d’échapper à la surveillance des forces de l’ordre. Puis il découvre les friches industrielles et les terrains de graffiti où il exerce son poignet à la bombe, affine son trait et s’amuse avec les lettres. Son style asiatique est son identité qu’il puise aussi bien dans des vacances passées dans le salon de sa Grand-Mère aux parfums de Chine que dans l’évasion des lectures de mangas japonais.

Arnaud Baumann

Arnaud Baumann est né à la Réunion en 1953. Formé aux Beaux-Arts de Paris, Arnaud Baumann est un portraitiste, réalisateur d’images. Sa rencontre avec l’équipe de Hara Kiri en 1975 lui offre sa première parution dans la presse. Prix de la Fondation nationale de la photo en 1979, il aborde le numérique en 1992 avec ses «Vidéocaptures » (Festival de Cannes, couvert avec une caméra pour Libération). Diffusé par l’agence Sipa Press, son travail est publié dans la presse internationale et exposé en galeries ou lors de festivals (Agathe Gaillard, Galerie W, Visa pour l’image, Paris photo…). Il est l’auteur de plusieurs livres : « Carnet d’adresses », « L’Age du siècle », « Projections privées », « Eau secours ».

Pascal Bernier

L'artiste contemporain Pascal Bernier naît en 1960 à Bruxelles. Son œuvre tient à la fois de la nature morte et de la vanité, de la taxidermie et de l'art mortuaire. L'artiste nous montre la société industrialisée occupée à absorber la nature pour la faire sienne, afin qu’elle réponde à des besoins de production et de rentabilité, et ce au risque de la malmener. Pansés, bandés, empaillés ou écorchés, l'artiste met en situation des animaux par le biais de photographies, d’installations, de sculptures et de vidéos. L’art et la mort sont intimement liés dans la démarche de l’artiste. À la fois inquiétant et ludique, le travail de Bernier propose un questionnement autour de la nature humaine. Il nous invite à découvrir un univers où la nature est revisitée par l’Homme et son monde.

www.pascalbernier.com

Stella Sujin

Née à Séoul en 1983, vit et travaille à Paris. Artiste inspirée par le spiritualisme recherchant la relation entre le corps et l’âme, Stella Sujin met en question le corps « soma », les vaisseaux contenant l’esprit, en explorant la façon dont cette connexion se brise et se répare. A travers ses crânes mélangées des représentations de l’iconographie chrétienne, série intitulée « memento mori (rappelle-toi que tu vas mourir) » à l’ornement doré, l’accent est mis sur l’aspect circulaire de la naissance et la mort.

Martial Lorcet

Né en 1959, Martial Lorcet débute en 1980 comme assistant photographe et travaille avec des artistes tels que Philippe Quidor ou Jean-François Jonvelle. Après un bref passage en agence de publicité, il devient photographe indépendant. Les photographies pour des magazines de mode et la publicité constituent l’essentiel de son activité jusqu’en 1999 où il éprouve le besoin de réaliser des travaux plus personnels. Il se consacre à des projets plus exigeants en temps : le reportage sur Autre Monde, création du chorégraphe Bernard Glandier, ou l’exposition Prison Sainte-Anne ex-voto à Avignon. Il finit par se concentrer exclusivement sur son travail artistique, très axé sur la mémoire, avec notamment la réalisation pour l’INA d’une série de portraits dans le cadre de la captation de témoignages sur la Shoah. Il expose également dans différentes galeries en France et à l’étranger, fait paraître plusieurs livres tel qu’Autre monde.

martiallorcet.ultra-book.com

Sebastien Lecca

Sébastien Lecca est né en 1972 à Lima au Pérou et est arrivé à l’âge de 5 ans en Haute-Savoie, à Thonon-les-Bains. D’un père péruvien et d’une mère française, il est assistant social de formation, avec un passage en 2008 dans une agence de publicité comme chef de projet. Artiste autodidacte, il expose ses peintures depuis 1991 et développe d’autres supports d’expression : installations plastiques urbaines, sculptures, vidéos, street-art, bijoux et vêtements... En 2010, il créé le projet Super Fœtus basé sur la répétition pluridisciplinaire du symbole du fœtus. Les thèmes abordés par son travail polymorphe sont toujours de grandes questions humanistes, métaphysiques et sociales : Qui sommes nous ? Quelle est notre relation à l’amour, la peur, le sexe, la vie, la mort, la nature, l’animal, l’univers…?

www.lecca.net

Carré

□□□□□□□□□□□□□ □□□□□□ □□□□□□□ □□□□□ □□□□□□□ □□□□□□ □□□□□ □□□□ □□□□□□□□ □□□□□□□□ □□□□□ □□□□□ □□□□□ □□□□□ □□□□□□□ □□□□□□□□ □□□□□ □□□□□□□□□ □□□□ □□□□ □□□□□□□ □□□□□□ □□□□ 1986 □□□□□□□ □□□□□ □□□ □□□ □□□□□□□ □□□ □□□□□ □□□□□□□ □□□□ □□□□□□ □□□□□□□□□□□ □□□□□□□□□ □□□□□□□□□□□□□□□ □□□□□□□□ □□□□□□□ □□□ □□□□ □□□□□□□ □□□□□□□□□ □□□□□□□.

Def

Né le 27 novembre en France. Artiste plasticien, c’est à travers la mise en espace, en particulier pour la scène, qu’Olivier Defrocourt a construit son univers. Scénographe, comédien, il a participé à la création de spectacles sur des textes classiques et contemporains. Artiste pluridisciplinaire, il a également contribué à la réalisation de spectacles de théâtre, de danse, de courts métrages, de décors, de masques, d’affiches et de marionnettes.C’est dans une simplicité esthétique, brute et intime, que ses peintures vous emmènent. Ses œuvres reflètent une mouvance perpétuel.

Claire Courdavault

Claire Courdavault est née en 1986. Son travail a commencé par le format ténu d’une feuille de papier et a prit de l’ampleur par l’investissement de murs. Son monde intérieur s’affiche sur les parois de la ville, construit sur la juxtapositions de détails, l’enchevêtrement d’histoires, et l’appel du sacré. Sorti d’une étrange et intérieure gestation, son dessin crée d’autres mondes fantasmagoriques avec pour préoccupation centrale l’image de la Femme.

www.clairecourdavault.ultra-book.com

Djalooz

Plasticien et street artist, Djalooz est né en 1985. Parallèlement à l’obtention de son diplôme de dessinateur maquettiste, il débute le graffiti en 2003, inspiré directement par la scène montante du graffiti hexagonal et européen, mais aussi par le monde de la bande dessinée. La bombe aérosol est son outil de prédilection car il est le médium idéal pour la peinture en grand format et surtout lui laisse une grande liberté quant au choix des supports. Les lieux abandonnés, usés par le temps, les friches et usines laissées aux mains de la nature lui ouvrent de nouvelles perspectives. En 2009, il met de côté son travail figuratif pour développer un travail plus abstrait, par le biais de formes en volume circulant.

ARCO

Clément Descat dit Arco est Né en 1977 en France. Scénariste et acteur du film »Ma 6T va cracker » réalisé par Jean François Richet, sorti en 1997 et interdit en en salle a peine deux semaines après sa sortit. Il commence son épopée artistique par des tags sur les véhicules des forces de l’ordre. Vandale, il passe au voie ferroviaire puis sur des bâtiments en démolition. Bloqué dans les années 90, il n’a à ce jour ni site internet, ni profil Facebook, ni smartphone. Ce "style oldschool" qu’il retranscrit autant dans les terrains vagues que sur toiles nous renvoi dans l’âge d'or du Graffiti.